COP 23, Assises de la mobilité… le bal des hypocrites ?

Share Button

La Fédération SUD-Rail s’est engagée depuis longtemps contre le réchauffement climatique et en faveur du report modal.
A quelques jours de la clôture des assises de la mobilité et alors que la COP 23 réunit (sous la pollution) les représentants des signataires de l’accord de Paris, nous ne pouvons que dénoncer l’hypocrisie de la direction SNCF et de son actionnaire unique l’État, qui à travers  son projet de groupe et son budget 2018, va faire la part belle aux transports les plus  polluants (camions, bus, voitures).

A coup d’initiatives médiatiques, le gouvernement veut verrouiller le débat, à l’image de ce qu’il a fait il y a 2 ans jour pour jour, lors de la COP 21, contre la loi Travail, les ordonnances Macron ou les lois scélérates mises en place.

Tout est prétexte pour précariser l’emploi et augmenter les profits des multinationales et du patronat en général. Le maître mot est le dumping social et le modèle, celui d’un transport routier soumis à des règles de concurrences sauvages, tirant depuis des années les salariés vers le moins-disant social.

Les organisations syndicales, les maires, les populations sont exclus de ces discussions, mais tout cela a un sens du point de vue de ceux qui veulent tout normaliser et supprimer le principe même d’opposition et de penser autrement.

Les attentats ont été en ce sens utilisés pour mettre en place un état d’urgence qui, aujourd’hui, est devenu permanent et n’a pour but réel que d’interdire les rassemblements, manifestations, mobilisations contre les attaques sur nos droits et nos libertés.

Cet état d’exception sur le mouvement social leur a aussi permis de s’affranchir de la nécessaire diminution de la circulation routière, des saturations des grandes métropoles et d’un aménagement du territoire économiquement, socialement et écologiquement durable.
Ces COP, assises, servent à imposer des choix politiques et économiques aux populations ; c’est le cas pour les projets inutiles du Lyon–Turin ou encore celui de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dont le réseau de solidarité fait peur au pouvoir.

Ce bal des hypocrites fait croire qu’il aborde le point du développement durable alors qu’il est entrain de mettre à mort le Fret ferroviaire, et continue à favoriser le transport routier avec la pollution qui va avec : en 15 ans, le volume du transport ferroviaire de marchandises a été plus que divisé par 2 au profit de la route, dans un volume global de marchandises transporté en hausse.

1 train de Fret en moins, c’est au moins 50 camions en plus sur la route !

La Fédération SUD Rail dénonce les effets d’annonces et les discours « verts » qui ne font que cacher la réalité.

Aujourd’hui, il faut se mobiliser ensemble et partout si l’on veut obtenir plus de justice sociale et d’autres réponses en matière d’écologie.