Motion de soutien à la grève des cheminots des syndicats d’EDF R&D

Share Button

Les syndicats CGT, SUD, FO, CFTC de la R&D d’EDF tiennent à réaffirmer, dans la situation présente, leur soutien au mouvement des cheminots, qui se sont massivement mis en grève mardi 3 et mercredi 4 avril, les 8 et 9 avril et les 13 et 14 avril à l’appel de toutes leurs fédérations syndicales, et qui doivent recommencer tant que le gouvernement restera méprisant et sourd à leurs revendications.

Contre la campagne médiatique forcenée qui cherche à opposer les «usagers» aux cheminots, nous réaffirmons que les «usagers» de la SNCF, particulièrement en région parisienne, sont d’abord et avant tout des salariés qui ont besoin d’un service public de transport accessible, non d’un service soumis aux aléas de la rentabilité économique. Beaucoup de salariés sont également confrontés aux plans de casse du gouvernement, que ce soit dans la fonction publique ou dans le secteur privé.

Rien de bon pour les salariés ne peut sortir de la privatisation de la SNCF et de la remise en cause du statut de cheminot, comme de l’ensemble de la politique du gouvernement. L’ouverture à la concurrence aurait notamment pour conséquence la fermeture de dizaines de lignes, l’augmentation du prix des billets de train ou encore la fragilisation de la sécurité des infrastructures, ce qui serait préjudiciable pour l’ensemble de la population.

Nous à EDF le savons particulièrement, car l’ouverture à la concurrence et le changement de Statut d’EDF-GDF en 2004 ont abouti à la privatisation totale de GDF transformé en Engie après fusion avec Suez, comme nous vivons avec les usagers les conséquences de la déréglementation du secteur de l’électricité et du gaz.

Comme agents EDF nous vivons les conséquences de ce changement qui a vu en 2004 EDF transformé d’EPIC en SA. Nous vivons une érosion de nos acquis statutaires. Mais comme dans de nombreux secteurs, de nouvelles menaces pèsent sur la privatisation des barrages hydrauliques, sur nos moyens de production, sur notre régime spécial de retraite, sur nos avancements aux choix, nos activités sociales, sur nos effectifs statutaires qui sont revus à la baisse.

Et en même temps dans l’unité de toutes les fédérations syndicales en disant clairement NON à l’offensive du patronat des IEG dirigée contre le Statut nous avons fait reculer en juin 2017 le gouvernement et nos employeurs qui voulaient faire passer la casse du Statut dans les ordonnances Macron.

Voilà pourquoi, nous réaffirmons nos revendications :

  • Non à l’ouverture à la concurrence des concessions hydrauliques voulues par Macron-Hulot
  • Maintien des Tarifs Réglementés de Vente d’électricité et de gaz,
  • Maintien intégral du Statut des personnels des IEG et oui au Statut pour tous les personnels qui travaillent dans les IEG dans le renouvelable comme ailleurs
  • Non à la suppression des effectifs statutaires
  • Pas touche à nos régimes spéciaux et NON aux retraites par « point » de Macron.

Voilà pourquoi nous soutenons les cheminots en grève, et aujourd’hui par la grève massive des cheminots dans l’unité de leurs organisations syndicales, ils rejettent le projet du gouvernement et le rapport Spinetta. Ils ont raison :

SOUTIEN AU MOUVEMENT DES CHEMINOTS !