Rapport Spinetta, une attaque contre les usagers

Share Button

Ce qui va impacter les usagers

Les médias parlent beaucoup de ce qui va toucher les salariés de la SNCF mais moins de ce que risque d’engendrer la réforme du modèle ferroviaire français pour ses usagers.

C’est une stratégie calculée par le gouvernement et la direction SNCF pour éviter que la population soit aux côtés des cheminots contre ce e réforme qui risque de toucher très durement ceux qui utilisent le service public ferroviaire. C’est une honte!

Le rapport prévoit notamment :

  • une hausse des tarifs « supprimer le dispositif de régula on tarifaire de la SNCF ».
  • la suppression d’environ 9000km de ligne ferroviaire jugées non rentables.
  • de réduire les dessertes TGV au delà de 3h30.

Pour faire simple, on est loin d’une mission de service public qui reposait sur un grand maillage du territoire pris en charge en grosse partie par l’état. Celle-ci va diminuer drastiquement et sera supporté soit par les collectivités, soit définitivement supprimés.

A chaque réforme, on vous dit que c’est pour améliorer le service public et les prix. Quel est le bilan? Le service aux usagers ne fait que se dégrader et les prix augmentent.


Écologie et sécurité

L’autre question qu’il faut se poser; Que souhaitons-nous pour nos enfants ?

Au moment où tout le monde s’acharne à dire que l’écologie est une priorité et un enjeu majeur pour la santé, le rapport n’y fait aucune référence. En privilégiant toujours plus de camions et des bus plus polluant.Enfin, le train est bien plus rapide et sécuritaire qu’un bus.
Combien d’entre nous sont plus rassurés de voir ses enfants partir à l’école ou en vacances en train plutôt qu’en bus.
Personne ne dit avant de partir en train « fais attention sur le rail »


La concurrence, la fausse bonne idée

La concurrence pour le fret ferroviaire (marchandise) est effective depuis 2005. Le bilan de cette ouverture à la concurrence est catastrophique, le trafic fret ferroviaire a été divisé par 2 (SNCF + concurrents) et le service rendu ne s’est pas amélioré pour autant, bien au contraire. Le trafic voyageur International est ouvert à la concurrence depuis 2010, 8 ans après, seul Thello fait circuler…8 trains par jour.
Les politiques qui nous expliquaient que cette ouverture à la concurrence du fret serait bénéfique, nous serve la même soupe. Malheureusement le bilan risque d’être identique.

Les prix vont augmenter: En France là où le Pass Navigo est à 75 euros, son équivalent à Londres est de 450 euros et à Rome de 250 euros.

Le but de ce e réforme, à l’opposé du grenelle de l’environnement est que les transporteurs encaissent des bénéfices et collectivisent les pertes. C’est du capitalisme pur et dur, les salariés vont trinquer, les usagers vont payer et les patrons s’engraisser.


L’exemple Britannique

Nos dirigeants prennent en exemple les pays étrangers, nous allons en donner un qui ne fait pas rêver. British Rail a été privatisée et le marché libéralisé en 1994 avec à la clé de très nombreux accidents mortels. Le bilan de ce chemin de fer pourrait bien être le notre dans un futur proche. Le nombre de trains supprimés ou en retard est bien supérieur à celui de notre pays.

Le prix du billet a augmenté de 27%. Ainsi les britanniques dépensent 14% de leurs revenus mensuels pour le transport tandis qu’il n’est que de 2% pour les français.

Résultat des courses, 75% des britanniques sont pour une renationalisation complète
des chemins de fer.
Enfin la dette du ferroviaire est de 45 milliards de Livres et le contribuable anglais subventionne le rail à la même hauteur qu’en France.


Le cheminot et son statut, coupable idéal

On voudrait nous faire croire que le cheminot est un privilégié voir un fainéant. Pour cela on diffuse d’énormes mensonges afin de nous faire passer pour des privilégiés.

Les cheminots ne sont pas responsables de la piètre qualité du service public, ils sont même les premiers à être consternés par le service rendu. Ils réclament des moyens humains et financiers pour assurer les missions de service public en toute sécurité et toute sérénité.

Non les cheminots ne sont pas payés quand ils font grève. Qui peut honnêtement le croire?

Certains cheminots touchent juste le SMIC, leurs fins de mois sont difficiles comme pour beaucoup de travailleurs, quand ils font grève pour se défendre face aux attaques patronales, c’est par conviction et non par plaisir. D’ailleurs la SNCF à toutes les difficultés du monde a recruter. Pire en 2016 la SNCF à eu 614 démissions, 135 ruptures conventionnelles et 640 départs volontaires. Pourquoi une telle hémorragie si la place est si « chaude ».

Non les conducteurs ne bénéficient pas d’une prime de charbon (supprimé en 1961)
Nous n’avons pas 48, 60 ou 70 jours de congés par an. C’est encore une légende urbaine. Nous avons 28 jours de congés payés par an.

Posez vous la question de savoir si le « cheminot et son statut » n’est pas tout simplement un prétexte qui permet de ne pas évoquer les vrais problèmes.


La poste un exemple à ne pas suivre

Détérioration des conditions de travail des salariés, fermeture de nombreux bureaux de poste, dégradation du service rendu et augmentation des tarifs. Voila le bilan des réformes qui ont touché La Poste. La loi du fric a détruit un service public de proximité, créant des déserts dans nos campagnes en raréfiant les services. La SNCF veut elle reproduire ce schéma ? A la lecture du rapport, elle en prend parfaitement le chemin.

Autoroute un autre exemple à ne pas suivre

Les contribuables ont payé les autoroutes et les précédents gouvernements ont décidé de les privatiser en 2006. Depuis les prix ne cessent d’augmenter chaque année et les dividendes aux actionnaires représentes 4.7 milliards d’euros pour 9.8 milliards de chiffres d’affaire, un véritable scandale.

Allons nous continuer la destruction du service public en France où allons nous en tirer les leçons ?

OUI, LES CHEMINOTS FERONT GRÈVE, MAIS NOUS AVONS TOUS A PERDRE DANS CETTE RÉFORME A COMMENCER PAR LES USAGERS.