L’ETAT BRISEUR DE GREVE OU APPRENTI SORCIER

Share Button

Le 17 décembre, des centaines de milliers de travailleurs étaient en grève et plus d’un million de personnes manifestaient pour demander le retrait du projet de réforme des retraites.

Le même jour, le gouvernement a adopté un décret (Décret n° 2019-1365 du 17 décembre 2019) autorisant des dérogations aux règles en matière de temps de conduite et de repos pour le transport routier de voyageurs et ce, jusqu’au 24 décembre.

La seule logique de ce décret est de casser la grève à la SNCF, la RATP mais aussi dans les centaines d’entreprise de transports par bus. En autorisant des dérogations de temps de conduite permettant de dépasser de 2 heures les limites maximales quotidiennes pour les conducteurs de bus, le gouvernement prend volontairement le risque de provoquer des accidents de transports en commun suite à l’extrême fatigue imposée aux conducteurs

Comment un gouvernement garant de la sécurité routière peut-il jouer autant avec le risque routier ?

L’Union Solidaires Transports appelle les conducteurs de transports routiers de voyageurs à refuser toute augmentation de leur temps de conduite et à se mettre en grève.