Pour SUD Michelin la seule façon de se protéger est de rester confiné

Share Button

Nous l’avons dit à maintes reprises, la position de SUD vis-à-vis de la crise sanitaire que nous traversons est simple : pas de reprise des activités sur notre site, dans l’état actuel des choses.

La santé de tous avant tout !

Nombreux sont les arguments sanitaires qui contredisent la décision de MICHELIN :

  • Les recommandations des services de santé de rester confiné
  • Le pic de l’épidémie qui n’est pas encore atteint
  • Apprentissage au jour le jour des caractéristiques du virus (aérosol ou pas, différents symptômes ou pas, durée de vie sur les surfaces et dans l’air, etc, etc…)
  • Evolution sur les moyens de protections (pas de masque, et ensuite masque pour tous…)

Et que penser des intérêts économiques. On nous dit que le marché est là, que les constructeurs attendent les pneus…

Alors qu’un tiers de la planète est « arrêtée », que les gens ne se déplacent plus, que la très grande majorité des constructeurs automobile sont à l’arrêt, il faudrait des pneus dans l’immédiat ?!

Des pneus pour des véhicules « grand tourisme » particulièrement…

Et que dire de nos services de santé, hospitalier, médecine de ville, EHPAD… qui manquent d’équipements de protection : masques, surblouses, et parfois de gel hydroalcoolique…et nous, nous serons équipés. La solidarité, c’est tout de suite et maintenant, donnons le matériel en notre possession.

La priorité n’est pas à la reprise des activités. SUD ne transigera pas avec la santé des personnes.

En attendant nous avons rappelé à tous les salariés Michelin la résolution adoptée au CSEC du 27 mars par l’entreprise qui s’engage :

  • à n’exercer aucune pression sur aucun salarié pour qu’il reprenne le travail,
  • que le seul motif de la peur pour sa santé est suffisant pour refuser de reprendre le travail.
  • Qu’aucune sanction ne sera prise sur les personnes ayant refusé de reprendre le travail.

Les salariés seront placés en activité partielle.

Après la fermeture du site de La Roche sur Yon en fin d’année dernière et de nombreuses inquiétudes sur l’emploi pour de nombreux sites Michelin français, notre inquiétude est décuplée au cours cette crise sanitaire.