Rapport Spinetta : Vers un démantèlement du service public ferroviaire !

Share Button

La Fédération SUD-Rail s’indigne des recommandations faites par M. Spinetta dans son rapport remis aujourd’hui au Premier Ministre. À travers ces recommandations, c’est bel et bien la fin du service public ferroviaire de transport qui est sur les rails avec le désengagement de l’État au profit des régions de l’ensemble des lignes dites « non-structurantes » et la fermeture envisagée de plus de 9.000 Kms de voies ferrées. Bien loin de l’image que veut donner le président Macron sur le développement durable et l’écologie, ces décisions vont entraîner immédiatement la mise à mort du Fret Ferroviaire, dont le réseau dit « capillaire » est emprunté par presque 40% des trafics.

Les rapports n’ont jamais fait rouler les trains ; le rapport Spinetta, pas plus que les précédents, ne solutionne pas le problème de la dette issu de 30 années de politique des transports de l’État. Au contraire, en validant le principe posé du coût complet payé par l’usager, on peut légitimement s’attendre à une hausse des prix du transport ferroviaire. Le train est déjà fortement défavorisé par la concurrence du transport routier qui ne paie pas l’ensemble de ses coûts externes et bénéficie d’avantages fiscaux ; pourtant personne n’envisage une remise en cause. La Fédération SUD-Rail continue de revendiquer une reprise complète de la dette et des travaux de régénération des voies et installations par l’État, ainsi qu’un programme législatif en faveur d’un report modal de la route vers le rail, mesures qui garantiraient l’avenir du système public ferroviaire !

En recommandant une ouverture à la concurrence sauvage de la grande vitesse, c’est également la fin d’une politique d’aménagement du territoire, de continuité et d’égalité du droit au transport en région. Dans ce cadre, les régions devront également financer le maintien des dessertes TGV et Intercités de leur territoire au détriment des transports du quotidien, ce qui aggravera la fracture territoriale entre les régions riches et les régions pauvres.

Le changement de statut juridique de SNCF Mobilités et SNCF Réseau est un phénomène aggravant, obligeant à la rentabilité plutôt qu’à l’aménagement du territoire tout en permettant au gouvernement de remettre en cause le statut des travailleurs du rail. Cela permettra au patronat d’exercer un chantage sur les cheminots pour remettre en cause leur statut et ainsi d’ouvrir la porte au moins-disant social dans l’ensemble de la branche.

Après avoir pris connaissance des 43 recommandations du rapport Spinetta concernant « l’avenir du ferroviaire » et alors que la rencontre avec la ministre des transports n’a pas permis de lever les craintes concernant le désengagement de l’Etat du service public ferroviaire ; la Fédération SUD-Rail appelle les cheminot(e)s et les associations d’usagers à venir manifester, ensemble, à Paris le 22 Mars pour faire entendre la nécessité de maintenir un service public ferroviaire de haut niveau.

Fermeture de lignes, augmentation des tarifs, réduction des dessertes… Les usagers des transports ferroviaires seront, avec les cheminots, les grands perdants d’une éventuelle transcription dans une loi à venir de ces recommandations mortifères.

La Fédération SUD-Rail conteste la fausse bonne idée selon laquelle l’ouverture à la concurrence, la fermeture de 9000 KM de lignes, de dizaines de gares et la fin du statut des cheminots régleraient tous les problèmes. La Fédération SUD-Rail est porteuse d’autres solutions pour garantir l’avenir d’un système ferroviaire public !

Faute d’être entendue sur nos revendications et si le gouvernement décide malgré tout de casser le service public ferroviaire, la manifestation du 22 Mars ne sera qu’une étape vers une mobilisation plus forte pour l’avenir du système ferroviaire et du statut des personnels !