Restructurations hospitalières, déserts sanitaires !

Share Button

Pour en finir avec une politique criminelle


  • replique montre suisse
  • replique de montre
  • replica montre
  • rolex replique
  • replique breitling
  • replique hublot big bang
  • montre replique tag heuer
  • air jordan pas cher
  • nike air max pas cher
  • nike blazer pas cher
  • nike tn pas cher
  • air max 90 pas cher
  • nike pas cher
  • jordan pas cher

  • Ce vendredi 19 octobre 2012, une jeune femme a perdu son enfant alors qu’elle se rendait à la maternité de Brive, distante de plus d’une heure de transport. En 2009, la maternité de Figeac dans le Lot a été fermée. Après la fermeture de Gourdon et Decazeville il ne reste dans ce département qu’une maternité pour 170 000 habitants avec des conditions de transports problématiques liées à la géographie, sans parler des conditions climatiques parfois difficiles.

    Ce drame de plus constitue la terrible conséquence d’une politique publique exclusivement comptable, orchestrée par les ARH et poursuivie aujourd’hui par les ARS (Agence Régionale de Santé).

    On est ainsi passé de 1370 maternités en 1975 à 526 en 2010. Les incidents dramatiques se multiplient et les Services Départementaux d’Incendie et de Secours transformés, malgré eux, en unité d’accouchement d’urgence tirent la sonnette d’alarme depuis lors.

    Alors que le nombre des naissances a connu un record en 2011, les autorités continuent de fermer des maternités publiques comme à la Seyne-sur-mer, il ya quelques mois ou à Marie-Galante, en Guadeloupe tout récemment. La pression est maintenue contre des hôpitaux comme à Le Blanc en région Centre, aux Bluets (Paris) et ailleurs sur tout le territoire. Elles continuent de réduire le nombre de lits et de favoriser la concentration de grosses maternités véritables ‘’usine à bébés’’.

    La fédération Sud Santé Sociaux Solidaires dénonce cette situation depuis plus de dix ans. Elle est le produit de la logique de l’hôpital-entreprise, au mépris des besoins des populations et parfois de leur vie.

    Avec les autres organisations composant le Collectif «Notre Santé en Danger», la fédération Sud Santé Sociaux Solidaires exige un moratoire sur l’arrêt immédiat de toutes les restructurations hospitalières, qui crée de véritables déserts sanitaires. Elle exige d’urgence l’organisation d’un débat démocratique associant professionnel-les, usager-es et collectivités territoriales pour l’établissement d’une carte sanitaire répondant aux besoins de la population en matière d’accès aux soins.

    Le 21 octobre 2012.